Rugby – La France tombe

Le grand match opposant les deux meilleures nations de l'hémisphère nord a eu lieu hier dans le cadre d'une demi-finale de coupe du monde. Comme en 2003 c'est l'Angleterre qui s'est imposé de justesse cette fois-ci.

Encore une fois la France n'est pas capable de confirmer après un exploit : victoire contre la meilleure équipe du monde et défaite rageante en déjouant contre l'Angleterre. On savait ce match tactique et les coups de pied y ont eu une importance toute particulière. Le premier essai anglais, dès la 1ère minute vient d'une erreur de Traille sur un coup de pied. C'était à craindre et c'est arrivé : Traille excellent face aux Blacks a été beaucoup plus hésitant et ses montées pas très bien senties dans l'alignement ont failli causer des contres attaques meurtrières.

A l'inverse, Beauxis qui n'avait pas été transcendant la semaine dernière a cette fois-ci été indispensable par son jeu au pied, précis et puissant. Tant qu'il a été sur le terrain, la France a assez bien maîtriser le match sans vraiment le dominer pour autant. Autre joueur très en vu, Clerc a quasiment été le seul avec Jauzion à faire des différences individuellement.

La déception est amère parce que le XV de la rose a fait exactement ce qu'on attendait de lui mais on n'a pas pu les empêcher de nous doubler sur le fil. Là où l'on aurait dû se mettre à l'abri pendant les 60 premières minutes, on est toujours resté, non seulement à portée d'essai mais aussi à portée de drop ou de pénalité. On l'a payé cher et on savait que contre ce type de jeu on le paierait.

Certains évoquent des joueurs français incapables de changer de système de jeu et de concrétiser. Si l'on ne peut pas nier la défense acharnée des anglais, on peut tout de même se plaindre des deux mêlées à 5 mètres qui se sont soldées par aucun point. Si Henry manquait deux pénaltys dans un match de football contre l'Italie on lui en voudrait et on aurait raison. Ces mêlées équivalent presque à des penaltys de football dans un match aussi serré que ce type de match. Une pénalité pour un placage haut ni vraiment volontaire, ni dangereux sur Robinson, un drop assassin de Wilkinson, la France craque au plus mauvais moment. La timide réaction de dernière minute n'y changera rien. La France s'incline encore face à son rival de toujours.

LA FRANCE NE JOUE PLUS :

On reproche logiquement aux bleus de ne pas avoir produit plus de jeu, plus joué au large, où la différence semblait faisable. Cependant Serge Simon posait, aujourd'hui sur RMC, la question d'un plan B : l'équipe de France était-elle capable de fournir un autre jeu que celui fourni ? On est en droit de se poser la question tant les bleus ont paru incapables de mettre en place des combinaisons, d'envoyer des ballons sur l'aile, d'accélérer le jeu. Peut-être a-t-il manqué un leader sur le terrain capable de mettre en marche un jeu offensif, de dire à ses partenaires « maintenant on joue tous les ballons et on les va les faire plier ». Et la France avait largement de quoi faire plier le XV de la rose. La vision de jeu de Skrela, la puissance de Rougerie, la malice de Mignoni auraient pu changer l'issue de ce match. Facile de faire ce genre de supposition après le match mais Skrela avait le profil parfait pour un match de ce genre : joueur revanchard, complet techniquement, très intelligent dans ses choix. J'avais déjà évoqué ma préférence pour Rougerie par rapport à Heymans dans un billet précédent et la performance du toulousain tend à me donner raison. Bernard Laporte rappellait la satisfaction d’avoir quand même battu la meilleure équipe du monde… il n’était sûrement pas le seul à être resté bloqué la semaine dernière.

LA VICTOIRE DE LA DEFENSE :

Dans cette coupe du monde bizarre, trois des quatre équipes qui jouent le mieux et le plus au rugby (Nouvelle Zélande, Australie, France) ont déjà été éliminé. La France avait sorti les Blacks en les prenant en contre mais dans un match sublime par son intensité et les initiatives prises. Hier la France est sorti dans un match beaucoup plus terne, presque ennuyeux tant les joueurs se sont regardé au lieu de provoquer. Jacques Verdier, directeur des rédactions de Midi Olympique, désire déjà entamer le débat sur les règles du rugby parce que voir l'Angleterre en finale et peut-être l'Argentine, cela prouve clairement que le rugby de mouvements, de passes rapides, de balle en main est aujourd'hui en péril. Fabien Galtié, dans Stade 2, souligne également des changements de règles datant de 1999 qui permettent aux défenses de se replacer plus rapidement. Tous ceux qui aiment le beau rugby sont donc derrière l'Afrique du Sud, seule nation du tri nations encore en lice, seule nation du tri nations capable de gagner un match avec son pack au besoin (cf Afrique du Sud – Fidji). TF1 devait déjà se frotter les mains à l'idée d'une revanche France-Argentine en finale. Espérons alors que ce sera plutôt la revanche du 36-0 infligé par l'Afrique du Sud à l'Angleterre plutôt qu'un Argentine-Angleterre qui s'annonce sans saveur.

2 commentaires:

Clément a dit…

je voudrais réagir au paragraphe concernant beauxis...

Tenter un drop de 50m sur son mauvais pied, ne pas trouver une touche sur dix tentatives...j'appelle ca passer à côté de son match !

Et je dois pas être le seul à avoir cet avis puisque qu'il se paie 4,5 dans l'Equipe, la pire note des bleus...

Je pense qu'un joueur comme Skrela ou même Mignoni avait davantage sa passe...mais dans l'optique d'un jeu au large.

Dans le plan de jeu au pied souhaité par Bernard Madrange, il était le mieux placé c'est vrai. Mais il a raté son match. Alors la faute est-elle d'avantage celle du schéma de jeu ou du joueur?

Blog Actu Sport a dit…

Moi je trouve pas qu'il ait vraiment manqué son match même s'il aurait pu en faire un bien meilleur et que je suis assez d'accord pour dire qu'il a été l'un des moins bon.
Mais pour moi c'est beaucoup grâce à lui si l'on a pu renvoyer un peu les blacks dans leur camp et ne pas prendre 25 poins à la mi-temps.

Question de point de vue mais Beauxis a un jeu au pied inégalé dans le groupe.